Mes études

Commentaire de l’Incipit : Autoportrait en chevreuil.

Auteur Victor Pouchet
EditionFinitude
GenreContemporain
Nb de pages169
PublicationAoût 2020

Résumé : Avril s’inquiète pour Elias. Elle l’aime, mais il est si secret, si étrange parfois. Craintif, aussi. Elle voudrait comprendre ce qui le tourmente, ce qui l’empêche de vivre pleinement.

Mais comment Elias pourrait-il lui confier ce qu’a été son enfance ? Pas facile, dans un petit village, d’être le fils du « fou ». De celui qui se dit magnétiseur, médium ou même paradoxologue et qui fait subir à sa famille la tyrannie de ses discours et de ses délires.

L’amour d’Avril suffira-t-il pour qu’Elias échappe à cette enfance abîmée ?

Vous pouvez lire le début ici !

A quel point notre éducation influence-t-elle notre avenir ? C’est le thème principal choisi par  Victor Pouchet dans son roman Autoportrait en chevreuil. L’extrait que nous allons étudier est  l’incipit de l’œuvre. Il s’agit d’un passage de la vie d’Elias, le personnage principal, raconté par  lui-même. Dans ce passage, il nous raconte l’un des moments passés dans leur chambre avec  sa petite amie Avril. Tandis qu’elle lui fait part d’une idée qu’elle a tirée d’un reportage sur les  tsiganes, Elias semble perdu dans ses pensées à observer ce qui l’entoure. Un premier indice  pour comprendre la personnalité du protagoniste. Nous sommes intégrés in medias res dans le  récit. Nous pourrions nous demander, après lecture, par quels procédés cet incipit nous amène t-il vers la piste de ce héros bancal à la recherche de ses souvenirs d’enfance ? 

Dans cet incipit, l’action apparaît dès la première phrase en nous lançant dans un  dialogue entre le narrateur et une certaine Avril. Il est donc dynamique. « « Tu pourrais mettre  le feu à la caravane » m’a dit Avril. ». L’auteur nous présente ici son premier choix de narration.  Il s’agit d’un narrateur autodiégétique, en effet le héros raconte sa propre histoire. Son point de  vue est interne et cela se remarque dans le verbe de perception suivant « J’étais en train de  tracer » mais aussi par l’expression de sa pensée « je trouvais l’histoire un peu simple. » Il  raconte un moment de sa vie et retranscrit les paroles d’Avril au discours direct. Il utilise  également le discours indirect « Elle m’a demandé d’éteindre la lampe de chevet » toujours  dans cette idée de continuité dans le récit et de ne pas interrompre son dynamisme. 

Il y a une mise en place de l’action qui marque la curiosité par les procédés précédents.  En effet, la personne d’Avril nous est montrée du point de vue interne du narrateur, ce qui ajoute  un mystère sur son identité et leur éventuelle liaison. Nous avons aussi une annonce progressive  du sujet par le suspense produit « mais elle ne pouvait pas savoir ». Cela implique une certaine  complicité entre le lecteur et le narrateur, il nous confie lui en vouloir. Cette complicité  s’applique au texte entier puisqu’il semble nous raconter un moment de sa vie. Cela se remarque  par l’utilisation de l’imparfait et du passé composé « Nous étions », « elle a repris ».  

L’auteur vient ensuite éveiller la curiosité du lecteur par l’annonce d’un élément  important du récit « mes trucs de l’enfance » et clarifier l’intrigue à propos de « la caravane ».  Il s’agit en réalité d’informations éparpillées sur le texte qui implique un travail de recherche  d’indices après une première lecture du roman. Comme nous avons pu l’apprendre, l’auteur  dévoile les pensées d’Elias comme lui reviennent ses souvenirs et c’est ce que nous verrons  dans notre deuxième partie.  

Dans cette seconde partie, nous allons voir les effets de l’introspection du narrateur dont  on ne connaît pas encore l’identité. Dans son récit de l’événement, il décrit, toujours de son  point de vue, les éléments de la pièce mais également le rite tzigane que Avril semble lui avoir  raconté. « une fuite d’eau y avait propagé des écailles et des taches étranges dans lesquelles  s’inscrivaient des formes imaginaires » celle-ci à dans un premier temps une fonction diégétique  décorative puisqu’elle nous place dans le décor « Nous étions au troisième étage d’un immeuble  en pierres solides (…) dans nos draps défaits », et dans une deuxième temps explicative parce  qu’elle est donnée du point de vue du narrateur. En effet, nous pouvons déceler dans cet incipit,  une sorte de réalisme subjectif puisque Elias décrit du réel ce qu’il voit. Cependant, cette  perception « étrange », « formes imaginaires » dévoile dès lors une réflexion approfondie. Le  narrateur est en pleine conversation mais il se laisse à sa rêverie en regardant le plafond de sa  chambre. Encore une fois le point de vue laisse un mystère sur le personnage d’Avril, ce qui  nous convainc dans l’idée que le récit même tournera autour du narrateur. 

Dans ses réflexions, nous pouvons remarquer une sorte d’intertextualité. En effet, il  semble la tête ailleurs et à priori dans les souvenirs de sa vie qu’il va nous raconter par la suite. L’intertextualité se forme après qu’il ait entendu cette phrase « On dirait que t’es en apnée à  vingt mille lieues sous la mer. » référence au livre du même titre. Ainsi le champ lexical de la  mer reviendra « sous-marins », « eaux profondes » par plusieurs fois. Et l’idée semble se  dégager au fur et à mesure à partir de ce moment du texte. Le narrateur semble coincé au fond  de l’eau et tente de « remonter à la surface » pour retrouver ce cocon. Comme le capitaine Nemo  face à la créature sous-marine, Elias affronte ses démons, à priori ceux de son enfance. Ce qui  nous amène à une troisième partie qui nous montre que tous les éléments sont déjà présents  pour nous dévoiler les sujets traités dans ce roman.  

La façon dont Elias nous explique la chose est très intéressante. Celui ci est d’abord  présenté comme un personnage bancal et lâche. « J’ai regardé le plafond : une fuite d’eau y  avait propagé des écailles et des taches étranges dans lesquelles s’inscrivaient des formes  imaginaires que je m’étais mis à aimer comme des amis proches et sous-marins. » Il s’identifie  aux tâches étranges comme quelqu’un de différent vu par la société, quelqu’un qui vit de son  traumatisme coincé au fond de la mer. Lorsque Avril lui parle de « ses trucs de l’enfance » il  semble fuir le propos « Pour détourner la conversation ». Cependant, il semble vouloir se libérer  de ce problème grâce à elle.  

En effet, dès le début de l’incipit, Elias semble fasciné par les formes de sa compagne  « je cherchais déjà le meilleur chemin vers l’équilibre universel » ce qui le place déjà loin de  son problème. Cette citation pour presque être synonyme de : c’est toi qui me relie à la vie, c’est  grâce à toi que je vais m’en sortir. Dans ce cas, la solution du roman serait donnée dès l’incipit.  « J’ai respiré profondément, j’espérais qu’elle remarquerait comme j’étais capable de remonter  à la surface pour reprendre de l’air entre deux plongées en eaux profondes. » Dans cette  deuxième phrase, la volonté de s’en sortir et de le prouver du narrateur confirme notre propos.  

D’autres phrases peuvent cependant nous contredire. « Avril trouve que « mes trucs de  l’enfance » prennent toute la place. » De manière générale, et c’est appuyé par le présent, cela  montre que c’est toujours le cas après qu’il ait raconté ce moment de son parcours. « Avril  racontait des histoires, on perdait toute impression de gravité, et elle évoquait ces existences  nomades qui partaient en fumée comme elle aurait pu détailler une anecdote entendue au  bureau » Celle-ci montre que Avril ne connaît pas son problème d’enfance, comme une  anecdote de bureau, elle ne prend pas de pincette à parler d’un sujet qui est pour lui sensible.  Bien que pendant qu’elle raconte il ne pense plus à rien d’autre qu’à l’écouter, la scène est  contradictoire parce que le sujet nous ramène à ce traumatisme de l’enfance. C’est une référence  au « grand accident », incendie qui a donné la mort à son petit frère. Elle semble cependant  l’aider. Nous comprenons que le sujet est confus dans l’esprit du personnage principal, il  souhaite passer outre son problème mais n’y arrive pas quand la chose devient concrète. A  l’image des choses qu’il a vécu enfant et à la réalité de la vie d’adulte à laquelle il fait face. 

Le texte dévoile une dualité entre les éléments du feu et de l’eau. Avec le champ lexical  de la mer que nous avons évoqué précédemment, mais aussi avec le champ lexical de la fumée.  Nous avons la synecdoque de brûler avec la phrase « Partaient en fumée » mais aussi avec la  métaphore in absentia « le récit d’une vie brillent une dernière fois ». Ces deux éléments  semblent régir un ordre dans la pensée du protagoniste. Tandis qu’il se protège de ses souvenirs  au fond de la mer, le feu semble attaquer son esprit et le confronter à son passé.  

Il y a dans la parole des deux personnages, un présent de vérité général qui n’est pas  sans rappeler un thème abordé lors de notre rencontre avec l’auteur qui est celui des différentes  croyances dans le roman. Nous retrouvons plusieurs théories d’Avril « Ça sauvegarde  l’équilibre universel », tirée d’un ancien rite tzigane, « Mais peut-être qu’il faut parfois accepter  les simples fables simples » notion de fables qui fait référence à la suite du roman. Ici le subjonctif de « devoir » peut marquer la nuance sur le fait d’accepter ce à quoi l’on ne croit pas pour passer outre. Elias semble d’ailleurs fasciné par Avril comme par son père lorsque tous  deux lui racontent leur vision de la vie. Comme son père souhaite en faire un adulte sans  mauvaises ondes, capable voler de ses propres ailes, elle souhaite l’aider à brûler ses  traumatismes de l’enfance pour mieux apprécier leur vie à deux. Toujours au sujet des fables,  pour Elias « tout est en désordre » et cela parce qu’il a assimilé les fables de son père qui ne  sont pas forcément les siennes ni celle d’Avril. Mais lorsqu’ils sont ensemble dans leur cocon,  c’est la ou les choses comptes et rentre dans l’ordre. D’où la figure qui se répète en fin de texte « tout n’était pas en désordre », ce qui marque la solution au point final du roman.  

Pour conclure, Pouchet nous dévoile le personnage d’Elias et les différents thèmes  abordés dans son roman par les spécificités de sa plume. Tout d’abord par la présence d’un  narrateur autodiégétique dans un incipit dynamique. Mais aussi par la focalisation interne et les  introspections de ce narrateur. Et enfin, l’auteur dissémine des indices dans les réactions, dans  l’intertextualité, dans les champs lexicaux et dans la construction de ses phrases.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *