Contemporain,  Mes lectures

La vieille dans les rouages

AuteurHélène Mercier
EditionSéma Editions
GenreFiction littéraire
Nb de pages78
Publication18 février 2019
En quel honneurPartenariat pour un roman qui intrigue

Résumé : L’ancien doit faire place à la nouveauté. C’est le cycle de la vie. Pour rénover un quartier, le maire a décidé de raser un immeuble et d’en faire le chantier de son mandat. Oui, mais voilà. Philomène en a décidé autrement. Après s’être fait la belle de sa maison de retraite, elle décide de retourner dans son appartement. On ne se débarrasse pas des vieilles choses si facilement.Que faire face à cette révolte aussi inattendue que dérangeante ?

Ce petit livre est comme qui dirait une leçon de vie…

Il n’est pas très long mais à la particularité de donner une réflexion pour chaque chapitre. En effet, chacun de ceux-ci sont les paroles d’un personnage différent. Une impressionnante polyphonie à mon avis.

Il s’agit de l’histoire d’une vieille dame qui s’enfuit de la maison de retraite et qui décide de regagner son appartement qui est en actuel chantier de destruction le matin même ou elle décide de s’y rendre. On remarque alors la perception de l’événement de l’avis de chaque personnage.

Chacun fait ressentir à première vue de l’égoïsme. Ça ne les arrange pas ou ça les arrange plutôt et dans tous les cas, ils se moquent bien du pourquoi du comment des actions de la petite vieille. Après il commence à penser à leur situation, et s’interroge alors du pourquoi ils sont la et conviennent finalement qu’elle a bien raison de rester ou elle est.

Le bouquin laisse entrevoir des détails de vie tout du long. Ainsi nous voyons le point de vue de chacun. Sa fille sous le stress, le maire décomposé à l’idée que tout ses projets tombent à l’eau, l’entreprise de construction qui ne pense qu’a son chiffre d’affaire, les journalistes qui ne pensent qu’a la voir tomber par une fenêtre et en faire une « une » de la presse ou encore la petite « vieille » qui se rit bien de les voir tous à l’affût du moindre mouvement en dessous.

L’immeuble n’est pas sûr et personne n’ose faire quoi que ce soit qui pourrait nuire à la bonne image de la ville ou de son poste. Enfoncer la porte ? Ne rien dire à personne ? Jouer les négociations ? Appeler un médecin ? Quelles sont les bonnes décisions ?

On retrouve ce genre de décision du début à la fin de par la maison de retraite dans laquelle sa fille la déposée. Ce moment de la vie ou tu dois rendre pareille attention à ta mère mais que comme elle quand tu étais jeune, tu ne sais jamais ce qui est bon pour l’autre. Le schéma s’inverse. La colère que sa fille éprouve quand on la découvre n’est autre que la peur et l’inquiétude d’un parent.

On retrouve aussi le schéma d’une journée de la vie en somme : Les projets, ce qui empêche de le réaliser, le stress, la colère puis ce qu’en pense les autres, est-ce notre faute ?

Il nous montre également qu’on ne peut pas toujours oubliés ce qui nous a accompagnés de longues années de vie. En somme, mamie sent que sa fin est proche et tout ce qu’elle souhaite, c’est pouvoir repenser un peu à son défunt mari, revivre une journée de leur vie dans leur ancien appartement, repenser à la vie de l’immeuble et son petit train quotidien avant de pouvoir enfin le rejoindre.

La fin m’a laissé échapper une larme, évidemment ce n’est que mon interprétation mais j’ai trouvé ça très touchant et triste.

Une lecture fluide et très agréable en tout cas !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *